• Justine

Mon minimalisme, avant/après


Voici mon minimalisme en image et en détails.

Avec le temps, j’ai encombré mon intérieur, accumulé, acheté… Et acheté… Et acheté des objets avec lesquels j’estimais ne pas pouvoir vivre. Oui, malheureusement, j’ai trouvé un sens profond à la nécessité de ce néon flamand rose à variateur d’intensité.

Pour minimaliser mon intérieur je suis partie de la pièce la plus grande qui est l’espace de vie salon, salle-à-manger.

Ma première vague de désencombrement a donc emporté les bibelots. Ces derniers servant principalement à réduire mon temps si précieux en augmentant celui du nettoyage. Allez hop ! On enlève 90% et on se rend compte que, in fine, ils n’apportaient pas grand chose. Ca fait du bien!

Deuxième vague, un autre grand amour, les livres et magazines. Je suis très old school je prends énormément de plaisir à feuilleter le papier glacé le dimanche matin en prenant mon petit-déjeuné. A contrario, je ne pense pas que leur conservation soit d’une quelconque utilité… Les ai-je jamais relus ? J’ai bien essayé de leur conférer un autre usage… reconversion en table de salon, de chevet, table basse, tour design… Encore une fois, à part de la poussière… Cela a été pareil avec les livres. J’ai donc fait table rase de mes papiers reliés et je les ai portés au centre de recyclage. Je me suis sentie déjà plus légère!

Ce qu’il est important de garder sans cesse à l’esprit… Ce qui doit devenir un mantra de votre Home minimaliste Home : accessibilité, simplicité, espace, utilité et lumière.

Vient le tour de la salle de bain. Comme beaucoup de chacune et maintenant de chacun, j’adore les produits de soin et je veux croire aux miracles qu’ils nous promettent. Donc j’achète sauf que j’utilise finalement toujours les mêmes. Donc j’accumule ce qui encombre de fait mon espace beauté qui lui, plus que toute autre pièce, devrait m’apporter bien être et sérénité. Se débarrasser des objets pollueurs ici amène de la lumière dans une pièce souvent exiguë.

Les vagues suivantes du minimalisme ont déferlés dans chaque placards de la cuisine, chaque tiroir de meuble et surtout le débarras qui conservait précieusement les objets ‘juste au cas où” et les boîtes à vis et clous existentialistes (je n’ai pas trouvé ma place sur ta dernière création Ikea).


Décrire ces étapes en quelques mots semble rendre ce virage minimaliste presque facile. Mais il m’a fallu exactement 45 jours. Un mois et demi pour arriver à un bon équilibre. La synthèse des objets utiles, que j’aime et apprécie.

J’ai parfois même retrouvé leur utilité première. Leur valeur réelle s’est décuplée et c’est une satisfaction énorme d’en jouir au quotidien dans mon petit intérieur* qui semble vraiment beaucoup plus grand.

Plus de place pour la lumière ainsi que le mouvement des corps et des pensées.

Cela a été une vraie prise de conscience de mes dépenses, de mon gaspillage et cela a répondu à mon éternelle question, mais où va mon argent?

Je ne vois pas le minimalisme comme une réponse au bonheur mais se sentir bien chez soi peut permettre de s’en approcher.

Minimalisme is not a destination … Is a way of life !




* appartement de 75m2.


Brussels Milan Luxembourg

 

+32 478675303

+39 3273384518

justinsidedesign@yahoo.com

Justine Ducarme Design, décoration Bruxelles BE

Justine Ducarme, entrepreneur, travaille par l'intermédiaire de la coopérative d'activités BatiCrea - N. de TVA: BE 0535 451 255 Siège d'exploitation: 7-11 rue d'Alose, 1000 Bruxelles - Email: info@jobyourself.be - Web: www.jobyourself.be