Minimalisme et après?

Il me semble important de continuer à partager la suite de mon parcours minimaliste.

Comme après avoir vu le pilote d’une nouvelle série…. Et après? What’s next? L’intérêt de l’épisode 2 n’est pas uniquement lié au minimalisme dans l’aménagement, je voulais partager les impacts que le minimalisme a eu dans mon quotidien.

Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas non plus le début d’un blog Life style.

Mes habitudes de vie et de consommation sont entrain de se modifier, d’évoluer en s’articulant autour d’un nouveau schéma que je décrirais comme plus réfléchi et responsable.

Légère quand je suis dans mon intérieur, il faut maintenant affronter le monde extérieur et ses nombreuses tentations.

L’idéal aurait été d’effectuer une période dite de “sevrage”. Ce que je vous recommande fortement les premiers temps. Partez vers une ile désert, en retraite spirituelle ou en Inde pour méditer. Mais voilà, notre vie n’est pas une page instagram. Les interactions sociales, aller faire les boutiques ou encore les courses au supermarché, car boire et manger sont nécessaires, font partie de notre quotidien tout comme les appels à la consommation de notre société d’aujourd’hui.

Moi, par exemple, je suis une incorrigible chineuse devant l’Eternel. En tant que décoratrice d’intérieur, je me dois de parcourir les commerces et marchés pour les projets en cours. Toujours à l’affût des nouvelles tendances déco, je ne peux rester “à l’abri” des tentations.

Presque du jour au lendemain, ce qui était avant une ballade tranquille dans mon quartier, avec ses rues bordées de petites boutiques tendances et commerces de proximités, s’est transformée en un combat rapproché avec l’Ennemi.

Je prends mon temps, je flâne mais chaque pas me semble un appel à l’achat. Une magnifique lampe qui irait tellement bien dans ma salle à manger, ce panier qui fait fureur sur Instagram EN SOLDE! Non mais ils le font exprès ou quoi?! Et ce vendeur tellement adorable à qui j’achèterais les yeux fermés cette superbe et totalement inutile boîte à banane. Allez je me ressaisis! Je sors pour prendre l’air et continue de flâner. Je ne vous cache pas que ces premières sorties ont été plutôt difficiles voir même frustrantes.

Pour moi citadine, le samedi était synonyme de relax et shopping si petit que soit l’achat. Je ne pouvais pas rentrer chez moi les mains vides. Mais l’attrait de la nouveauté et la satisfaction que cela m’apportait est de plus courte durée que la frustration ressentie lors de cette première sortie. En effet, quand je suis rentrée chez moi ce jour là, la frustration ressentie s’est évanouie dès que j’ai franchi le seuil… Mon havre. S’en est suivit un sentiment de victoire face à l’Ennemi une sensation de toute puissance “J’ai résisté!”. Je suis plus forte que la société de consommation. J’ai déjoué vos pièges et repousser les sirènes de la tentation.

Ce sentiment-là est sans commune mesure avec la frustration qui est un sentiment négatif et après tout très bref.

Afin de modifier mes habitudes de consommation, j’ai commencé à utiliser ma technique à moi. Des petits trucs et astuces. À savoir prendre l’objet convoité dans les mains et le regarder pendant au moins 5 minutes. Ensuite, mes poser les question s suivantes: n’ai-je pas déjà un objet similaire? Quel serait la place de cet objet chez moi?Ne viendrait-il pas obstruer la lumière? La mobilité?

Je dois avouer que cela fonctionne plutôt bien. Mais moi qui suis toujours super speed, cela a mis ma patience à l’épreuve.

Le temps paraît interminable au début… Procédure longue et fastidieuse mais maintenant c’est presque un automatisme. Les 5 minutes d’attente je les passe à déambuler dans un autre rayon et je réponds de plus en plus vite à ces questions.

Cela m’amène à un questionnement encore plus généraliste… Je m’interroge sur le pourquoi nous avons tellement besoin de nous identifier par des objets. Pourquoi nous devons aller toujours plus vite dans nos décisions d’achat. Ou tout autre style de décision d’ailleurs. Ne trouvez vous pas paradoxal que notre espérance de vie ne fait que croître alors que nous courrons de plus en plus vite au quotidien… J’ai envie de prendre le temps qui nous est offert. Et oui, j’ai bien dit “offert”. Pourquoi notre sentiment de réussite passerait uniquement par le matériel?

Ce sont des questions auxquelles je n’ai pas vraiment de réponse. Mais j’ai plus de temps pour y penser et chercher…

Ma conclusion est loin de devoir bannir tout achat mais simplement de réfléchir plus posément à nos habitudes de consommation. J’ai moi-même craqué après un mois de minimalisme sur un très joli sac à main. Mais j’y avais réfléchi un certain temps avant de succomber. Et je le ne regrette finalement pas.

Mes habitudes sont axées maintenant sur plus de qualité et mes achats prennent certainement en compte beaucoup d’autres critères (provenance, qualité, commerce équitable, …).

Mon objectif est simplement de prendre conscience de ces comportements et d’essayer de les rendre plus appropriés à ce nouveau mode de vie que je souhaite conserver. Au bout du compte se concentrer sur ce qui nous apporte du bonheur longue durée n’est-ce pas le meilleur investissement qu’il soit?



Brussels Milan Luxembourg

 

JUSTINSIDE SRL 

Siège social: 587, chaussée de Waterloo 1050 Ixelles 

TVABE0749515733 - N° d'entreprise0749515733

 

 

+32 478675303

contact@justinsidedesign.com

Justine Ducarme Design, décoration Bruxelles BE